Rechercher

Atik ... Le chant du coeur

Mis à jour : 5 oct. 2019

Dans quelques jours, nous nous envolons pour le Cambodge et le Laos, une nouvelle découverte à travers les carnets de Voyage et Yoga.

Aujourd’hui en commençant à préparer mes affaires,j’ouvre mon calepin de notes où j’ai plaisir de redécouvrir les précieuses paroles d’ATIk qui était notre guide sur l’île de JAVA.

Je replonge dans ce merveilleux voyage de Mars dernier en Indonésie où nous avons rencontré cette inoubliable personne.



J’écris pour poser les mots … Ces lettres qui s’unissent pour matérialiser mes pensées sont les gardiennes de ma mémoire…


Cette rencontre avec ATIK est une parenthèse de douceur et de vérité dans ce monde de paillettes et de sécheresse…

Elle est l’eau, le chant d’un oiseau, les battements d’ailes d’un papillon… ATIK est cette beauté qui réside dans la nature. Cette force fragile qui s’évertue naturellement à construire le paradis.

Pour nous parler de son monde, de sa vision de la vie, elle nous emmena dans un jardin d’Eden, Le Kopi-Mpat. Le vert était la couleur dominante, le bruit de l’eau soutenait le chant des oiseaux et c’est après un petit déjeuner offert par la nature, qu’elle nous demanda de nous asseoir pour écouter son histoire.




Cette jeune femme est « Kejawen », cela faisait à peine 4 mois que le gouvernement de Java autorisait les personnes prônant cette philosophie de vie à ne plus la cacher.


C’est avec sa douce voix et son sourire paisible, qu’elle nous raconte:

« Nous ne croyons qu’en ce que nous sommes et ce que nous voyons…

Pas de temple,

Aucune croyance en ce qui n’est pas visible…

Nous construisons notre paradis dans cette vie.

Pas de Guru car l’enseignant est à l’intérieur de soi... »


Ces mots d’introduction ont suffi pour que mon coeur s’ouvre et y laisse entrer son message.

Atik a appris cet art de vivre auprès de ses parents et de génération en génération avant même que les religions se soit installées sur l’île de Java, cet enseignement du coeur est resté présent.


Avec son carnet dans les mains, nous regardant et voyant le nombre de kilomètres que nous avons parcouru jusqu’ à cet instant précis, elle nous dit:

« Il n’y a pas besoin d’aller loin pour apprendre.

Nous apprenons de nos propres expériences, ainsi nous sommes l’élève et le maître…

Pas de livre sacré, le manuel est à l’intérieur de soi…


Dans la philosophie Kejawen les grandes étapes de la vie sont représentées par 11 chansons

« MACAPATS ». Ce sont des mantras qui ne se répètent pas mais qui se vivent.


1 ere chanson: « MAS KUMANTANG»

C’est le chant de l’embryon qui n’a besoin que d’une seule chose, l’amour de ses parents.

2 eme chanson: « MIJIL »

Le chant de la naissance du bébé.

Lorsque un être né, il a les mains serrées pour garder tout les besoins fondamentaux de sa vie.

À la mort, ses mains s’ouvrent pour tout laisser et partir libéré.

3 ème chanson : « SIMON »

Le chant de l’adolescence.

- Les idées

- L’action

- Le ressenti après cette action

4 ème chanson: « ASMARADANA »

Notre regard est tourné vers l’extérieur

5 ème chanson: « KINANTI »

Lorsque nous vivons seul et que nous faisons nos propres expériences.

6 ème chanson: « GAMBAH »

La rencontre de quelqu’un.

7 eme chanson: « DHADHANG GULA »

Les aléas de la vie

- Tatang : faire face au problème

- Teteg: patience et force

- Titis: Trouver la solution au problème

8 ème chanson: « PANGKUR » « Tata titi tentrem »

L’équilibre dans la vie en étant soi-même, organisé, concentré.

- Tata représente l’organisation

- Titi représente la concentration

- Tentrem: lorsque le corps et l’esprit sont reliés nous pouvons alors voir la vraie beauté .

9 ème chanson: « DURMA »

C’est le moment de partager nos connaissances et nos expériences.

10 ème chanson: « MEGATRUTH »

Le 1 représente le corps

Le 0 représente L’esprit

C’est le moment où l’esprit quitte le corps.

11 ème chanson: « PUCUNG »

C’est la mort.


Atik nous transporte dans son mode où tout est préparé avec précision, concentration, respect et simplicité… Elle laisse le silence entrer, faire sa place et lorsque celui-ci quitte les lieux, elle revient pour nous guider vers de nouveaux cieux.

Son paradis, elle le construit avec patience et nous découvrons cette école qu’elle a créé pour les enfants. L’enseignement n’est basé que sur le respect et les connaissances utiles avec une pédagogie les plongeant dans les actes du quotidien. De l’enseignement actif passant par le corps.


Nous continuons notre chemin et nous entrons dans une maisonnette en bois où se fabrique le sucre de coco.

Le calme est toujours maître des lieux. L’homme s’installe en Malasana pour nous préparer ce doux nectar. Nous sommes émerveillés et impatients ! Mes yeux s’ouvrent sur ce temps que chaque personne de la communauté prend pour construire, fabriquer et partager. Quelle merveille ! Le temps il faut le prendre … Dur pour nous qui sommes éduqués dans la rentabilité !



Pas de plastiques, des bols en noix de coco, des canalisations en bambous et des murs en feuilles tressées. Je suis admirative par tant de richesse dans cette simplicité.

Nous sommes entrés dans un havre de paix, d’une grande pureté qui n’est que le fruit des actions de chacun. Ce Paradis, les Kejawens se l’ont construit et il n’y a pas meilleur enseignement que de voir les paroles du coeur se matérialiser.


Cette magnifique femme nous guida dans le temple de Borubudur.

Chaque symbole architecturale sont inscrit dans mon carnet de notes mais ce qui me semble important de comprendre c’est l'intention avec laquelle il fut construit. Les 11 étages du temple représentent les 11 chansons de la philosophie Kejawen. Vue du ciel, il a la forme d’un mandala Indou représentant la fleur de Lotus, symbole du cycle de la vie.

L'intérieur du temple fait de sculptures, de symbolismes, de chiffres sacrés reflètent les enseignements du bouddha.


Un temple construit sous 3 influences philosophiques pour éviter des guerres et unir les religions.

Ainsi la paix n’est dans aucunes croyances, dans aucuns textes, dans aucuns rituels, elle est à l’intérieur de nous. C’est nous qui la créons, personne ne peut nous donner ce ressenti. Il nous appartient et loge dans notre coeur… Il n’y a pas d’autres vérités .


Si un jour la vie vous guide vers Yogyakarta sur l’île de Java.

Prenez un temps pour rencontrer Atik et les rizières du Kopi-Mpat.




Voici en image un résumé de notre séjour Carnet de Voyage & Yoga à Bali (mars 2019)



Delattre Mélissa

0 vue